ACTUALITÉS

Accord Francken/Soudan
Il est temps de rendre sa dignité à notre politique d'accueil !
Le lundi 25 septembre 2017

Pour Olivier Maingain, président de DéFI, personne ne peut ignorer la situation de l’État voyou qu’est le Soudan et les mises en garde du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés.

 

« Quand j’entends certains membres de la majorité dire que l’accord avec le Soudan est totalement légal, je me demande s’ils connaissent les traités internationaux ainsi que les jurisprudences de la Cour européenne des droits de l’homme et du Conseil du contentieux des étrangers en Belgique », déclarait-il à la Chambre ce jeudi 21 septembre.

 

Le 17 juillet dernier, Le Conseil du contentieux des étrangers en Belgique a d’ailleurs rendu une décision de principe concernant le Soudan. Cette décision est clairement justifiée au regard d’un cas de renvoi annulé en raison du fait que « la situation générale au Soudan est suffisamment grave pour établir un risque de traitement inhumain ou dégradant en cas d’expulsion du requérant vers son pays d’origine. »

 

« Je n’attends qu’une seule réponse à une seule question : le gouvernement respectera-t-il les conventions internationales et réduira-t-il à néant l’accord conclu par monsieur Francken seul – peut-être – avec le Soudan et son ambassade et respectera-t-il enfin l’État de droit ? », demandait Olivier Maingain.

 

Il est temps que le gouvernement ne se contente plus de recadrer en particulier un secrétaire d’État. Il est temps de rendre sa dignité à notre politique d’accueil des candidats réfugiés et des migrants et ce, dans le respect de nos obligations internationales !

Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Mobilité Pouvoirs locaux Santé Social Élections 2019
AUTRES ACTUALITÉS
« La crise a montré qu’il y a une véritable solidarité entre les générations »
Débat "La crise a montré qu'il y a une véritable solidarité entre les générations"
« Si un jour il ne devait rester qu’un parti francophone refusant de gouverner avec la N-VA, ce serait DéFI »
Interview "Si un jour il ne devait rester qu’un parti francophone refusant de gouverner avec la N-VA, ce serait DéFI"
« Nous avons une opportunité peut-être historique de faire enfin changer les choses »
statut d'artiste "Nous avons une opportunité peut-être historique de faire enfin changer les choses"
« Nous allons augmenter notre personnel de remédiation pour avoir un accompagnement personnalisé des enfants »
Auderghem "Nous allons augmenter notre personnel de remédiation pour avoir un accompagnement personnalisé des enfants"