ACTUALITÉS

Région bruxelloise
Abattage sans étourdissement : le débat se poursuivra au Parlement bruxellois
souffrance animale
Le jeudi 20 janvier 2022

Alors que le projet d’ordonnance visant à imposer l’étourdissement préalable à tout abattage avait été déposé sur la table du gouvernement par le ministre du Bien-être animal, Bernard Clerfayt, aucun consensus n’a pu être dégagé. Le dossier a donc été transféré au Parlement bruxellois où, à l’initiative du député Jonathan de Patoul, une proposition d’ordonnance visant à interdire l’abattage d’animaux sans étourdissement a été déposée.

La Wallonie et la Flandre ont depuis 2 ans interdit l’abattage sans étourdissement. Les décrets ont été confirmés tant par la Cour de Justice de l’Union européenne que par la Cour constitutionnelle belge.

« La question de l’abattage mérite un débat en Région bruxelloise pour réduire la souffrance animale. Vu les recours formés contre les décrets wallon et flamand, j’ai déclaré attendre les avis des plus hautes instances judiciaires avant d’avancer sur ce dossier. Voilà qui est fait. Aujourd’hui, nous disposons de techniques pour réduire la souffrance animale. Tous les vétérinaires le disent : égorger un animal vivant provoque une souffrance intense pouvant durer de quelques secondes à plusieurs minutes », rappelle Bernard Clerfayt.

Le Ministre bruxellois du bien-être animal a donc déposé sur la table du gouvernement, fin 2021, un projet d’ordonnance visant à imposer un étourdissement préalable avant tout abattage, à l’instar des deux régions voisines. Mais les débats n’ont pas permis de dégager un consensus suffisant au sein du gouvernement bruxellois. Le débat sera maintenant poursuivi au Parlement.

« C’est évidemment une mauvaise nouvelle pour les animaux. Il est dommage que la réduction de la souffrance des animaux n’anime pas l’ensemble des partenaires du gouvernement bruxellois. La question de l’interdiction de l’abattage sans étourdissement sera débattue prochainement au Parlement. J’espère que les parlementaires bruxellois se positionneront, comme ils l’ont fait en Flandre et en Wallonie, en faveur du bien-être animal », déclare Bernard Clerfayt.

Pour Jonathan de Patoul : « Il est certain que cette question de l’obligation de l’étourdissement avant l’abattage est un sujet sensible en Région bruxelloise, je me réjouis donc que nous puissions porter le débat au sein de l’assemblée parlementaire tout comme cela a été le cas en Flandre et en Wallonie. Chacun pourra être entendu et développer ses arguments et j’ai bon espoir de pouvoir convaincre un maximum de députés de voter en faveur de ce texte très important pour le bien-être animal à Bruxelles. »

Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Mobilité Pouvoirs locaux Santé Social Élections 2019
AUTRES ACTUALITÉS
Certains chiffres encourageants mais surtout un avenir inquiétant
Etat de la Wallonie Certains chiffres encourageants mais surtout un avenir inquiétant
« La responsabilité du gouvernement fédéral d’avoir des stocks de médicaments non-périmés en cas de crise est engagée »
Guerre en Ukraine “La responsabilité du gouvernement fédéral d’avoir des stocks de médicaments non-périmés en cas de crise est engagée”
Un budget participatif dédié aux villages : une première en province de Luxembourg !
Région wallone Un budget participatif dédié aux villages : une première en province de Luxembourg !
“Chez DéFI, aujourd’hui, il n’y a déjà plus aucun cumul de la fonction d’échevin ou bourgmestre et de député”
Bonne gouvernance “Chez DéFI, aujourd’hui, il n’y a déjà plus aucun cumul de la fonction d’échevin ou bourgmestre et de député”