ACTUALITÉS

Région bruxelloise
Abattage avec étourdissement réversible : DéFI appelle l'ensemble des députés bruxellois à faire prévaloir le bien-être animal!
Le mercredi 8 juin 2022

Aujourd’hui, la proposition d’ordonnance portant sur l’abattage avec étourdissement réversible, portée par Jonathan de Patoul (DéFI) et cosignée par Ariane de Lobkowicz (DéFI), Lotte Stoops (Groen) et Carla Dejonghe (Open VLD), a été débattue et rejetée en Commission de l’Environnement du Parlement bruxellois. Pour DéFI, il est encore temps de faire prévaloir le bien-être animal et d’en faire une cause cardinale lors du prochain vote de l’ensemble des députés en séance plénière.

Pour DéFI, il était primordial d’avoir des auditions relatives à la proposition d’ordonnance portant sur l’abattage avec étourdissement (réversible) et que ces dernières se soient tenues dans un climat serein. Lors des auditions, beaucoup d’informations ont été émises et ont mené à l’écriture de certains amendements au texte initial, dont l’utilisation provisoire de l’étourdissement de soulagement (post-cut stunning) pour les bovins de plus de 12 mois jusqu’à ce qu’une méthode permettant de procéder à un étourdissement préalable et réversible pour les bovins soit pratiquement applicable, ou encore un système d’étiquetage spécifique des produits carnés.

Il est important de rappeler que le débat relatif à l’obligation de l’étourdissement avant l’abattage animal ne porte en aucun cas sur la religion, ni sur l’interdiction de l’abattage rituel et de l’alimentation halal ou casher.  Par ailleurs, les décisions de la Cour de Justice européenne et de la Cour constitutionnelle confirment que l’interdiction d’abattage sans étourdissement n’est pas contraire à la liberté de culte. De plus, il est primordial de souligner qu’il existe un consensus scientifique sur le fait qu’un animal non étourdi souffre beaucoup plus. Ce texte n’a qu’une seule vocation : obtenir des avancées significatives en termes de bien-être animal lors de l’abattage.

Les auteurs du textes auraient souhaité prendre le temps nécessaire pour rencontrer les représentants des cultes mais également pour laisser suffisamment de temps aux parlementaires afin de digérer ce qui a été avancé pendant les auditions en vue de reprendre les discussions à la rentrée dans un climat tout aussi serein et constructif. Malheureusement, l’agenda parlementaire en a décidé autrement.

Je suis convaincu que si nous portions une plus grande attention au respect des animaux et de manière plus large, à celui de notre environnement, nous vivrions dans un monde plus durable et plus apaisé. Il est possible de changer de modèle. En tant que députés bruxellois, montrons l’exemple en agissant là où c’est possible. Les députés peuvent encore voter pour notre texte sur le bien-être animal lors de la prochaine séance plénière” poursuit Jonathan de Patoul. En effet, le débat continuera en séance plénière du Parlement bruxellois, où l’ensemble des députés pourront s’exprimer et voter.

Thématiques populaires
Culture Droits humains Droits linguistiques Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Gouvernance Mobilité Pouvoirs locaux Santé Social Élections 2019
AUTRES ACTUALITÉS
Du code de la participation citoyenne à l’obtention du label « Commune citoyenne »
Commune de Grez-Doiceau Du code de la participation citoyenne à l’obtention du label « Commune citoyenne »
Fiscalité automobile en Wallonie : DéFI dénonce une réforme stigmatisante et pénalisante
Wallonie DéFI dénonce une réforme stigmatisante et pénalisante
« Notre système fiscal est opaque, injuste et inefficace »
Réforme fiscale Réforme fiscale, « Ce qu'il nous faut ici c’est du courage »
La rue François Vekemans va retrouver un distributeur bancaire
Batopin La rue François Vekemans va retrouver un distributeur bancaire