ACTUALITÉS

ARLON
Lutte contre la radicalisation en prison : l’Association des Musulmans d’Arlon (AMA) et DéFI proposent un projet-pilote pour Arlon
Le vendredi 3 mars 2017

 

« La plupart des mesures que le ministre Geens propose dans son plan se focalisent sur les détenus dont le radicalisme est avéré ou qui sont déjà bien engagés dans le processus de radicalisation. Pour nous, il convient de prévenir, en amont, cette radicalisation au sein de l’univers carcéral ».

Jonathan Martin, vice-président de DéFI

 

 

C’est en juin 2015, à la suite de l’attentat contre Charlie Hebdo et du démantèlement d’une cellule terroriste à Verviers, que les responsables de la Fédération luxembourgeoise des FDF avaient poussé les portes de la mosquée d’Arlon pour y rencontrer les représentants de la communauté musulmane du chef lieu. A l’occasion de cette table ronde, qui avait donné lieu à un échange franc et sans tabous, les représentants du parti amarante avaient été interpellés par l’AMA au sujet d’une demande adressée à la prison d’Arlon :

« En août 2011, nous avions adressé une lettre à la direction de la prison de la ville pour lui proposer d’organiser des visites régulières aux détenus de confession musulmane. Cette démarche faisait suite à une demande émanant de détenus de la prison. Malheureusement, la lettre est restée sans réponse. Nous avions été particulièrement déçus. On reproche aux musulmans de ne rien faire contre la radicalisation et l’extrémisme, mais les autorités leur refusent la main tendue », rappelle Mohamed Bouezmarni (président de l’AMA).

La demande de l’association sera relayée, en octobre 2015, par Olivier Maingain auprès du ministre Geens, à l’occasion d’une séance de questions-réponses au Parlement fédéral. Si le ministre CD&V ne s’était pas déclaré « opposé à ce que le secteur associatif joue un rôle dans l’action contre le radicalisme et la radicalisation en milieu carcéral », il avait renvoyé la patate chaude vers la Fédération Wallonie-Bruxelles et le ministre Madrane. De quoi donner du temps à Jonathan Martin, vice-président exécutif de DéFI et président de DéFI Luxembourg, pour réfléchir d’avantage à la proposition de l’association arlonaise :

« Au départ, nous nous étions proposés d’intervenir pour relayer une demande précise de l’AMA. Mais, avec le temps, il est devenu évident pour nous qu’il fallait donner du relief à cette demande, qu’il fallait être plus ambitieux et l’inscrire dans un cadre plus large. Pourquoi la ville d’Arlon ne serait-elle pas le point de départ d’une dynamique qui pourrait s’étendre à tout l’espace francophone, voire au territoire national ? »

L’idée d’un projet-pilote pour la prison d’Arlon commence alors à faire son chemin :
« Un projet qui repose sur des collaborations locales avec l’associatif musulman et qui vise à mettre les détenus, les plus jeunes en particulier, en contact avec la réalité quotidienne d’une communauté musulmane bien intégrée afin d’éviter qu’ils ne basculent dans la radicalisation et, plus globalement, afin qu’ils intègrent les valeurs du vivre-ensemble», précise Jonathan Martin.

Et le vice-président exécutif de DéFI de justifier cette approche :

« La plupart des mesures que le ministre Geens propose dans son plan se focalisent sur les détenus dont le radicalisme est avéré ou qui sont déjà bien engagés dans le processus de radicalisation. Pour nous, il convient de prévenir, en amont, cette radicalisation au sein de l’univers carcéral ».
Pour Mohamed Bouezmarni, il faut agir car il y a péril en la demeure : « On sait que certains se radicalisent en prison. Parce qu’ils sont seuls, qu’ils ont le temps long et qu’ils sont entourés de prédateurs. Dans la tête de ces détenus, quand tu t’appelles Rachid, que tu es marocain, que tu es basané et que tu as fait de la prison, tu es cuit ! Là-dessus, certains en profitent pour leur dire « si t’as raté ta vie, ne rate pas ta mort ! » Ils sont désespérés. Et on sait où mène ce désespoir. On veut aller leur dire que cela n’est pas vrai, que la réinsertion est possible ».
Pourquoi un projet-pilote à Arlon ? « Arlon, c’est la ville idéale pour un tel projet. D’abord, parce qu’Arlon constitue, d’une certaine façon, un modèle de vivre-ensemble. A Arlon, les représentants des différents cultes et de la laïcité se parlent et collaborent pour promouvoir un modèle de société inclusif. Ensuite, parce que l’association-partenaire qui serait associée au projet, l’AMA, bénéficie d’une certaine crédibilité sur Arlon et même au-delà. Avec le temps et à force de travail, l’AMA s’est construit une respectabilité. Son discours et ses actions se sont toujours inscrits dans une volonté de défendre le vivre-ensemble. L’action de solidarité de l’AMA envers la communauté juive, relayée par les médias du monde entier, en est le plus bel exemple », répond le président de DéFI Luxembourg.

« En prison, les manipulateurs utilisent deux leviers : l’espace et le temps. Ils ont leurs proies sous la main et tout le temps nécessaire pour distiller leur poison. Une fois que ces gens sortent, il est trop tard : ils nous échappent. A nous de nous approprier ces leviers pour les capter », développe encore le président de l’Association des Musulmans d’Arlon.

Du côté politique, DéFI annonce déjà la suite des événements : « Caroline Persoons, députée DéFI à la Fédération Wallonie-Bruxelles, vient de déposer, à ma demande, une question à l’attention du ministre Rachid Madrane pour lui demander s’il serait prêt à envisager une telle expérience à Arlon. En fonction de sa réponse, nous aviserons de la suite à donner au dossier. Si nécessaire, nous prendrons l’initiative de déposer une résolution. Quoi qu’il en soit, je vais proposer une entrevue au ministre, chose que Philippe Courard est prêt à appuyer. Mais je suis optimiste : même si DéFI est dans l’opposition à la Fédération Wallonie-Bruxelles, le PS et le cdH sont nos partenaires de majorité à Bruxelles. Cela peut faciliter les choses », conclu Jonathan Martin.

Contacts presse :
Jonathan Martin, vice-président exécutif de DéFI et président de DéFI Luxembourg.
0472 / 02 20 66
Mohamed Bouezmarni, président de l’Association des Musulmans d’Arlon (AMA).
0484 / 72 34 83

Thématiques populaires
Culture Discrimination Droits humains Droits linguistiques Economie Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Institutionnel Logement Mobilité Santé
AUTRES ACTUALITÉS
Périphérie : Les électeurs de Linkebeek subissent les conséquences de la faiblesse des partis francophones qui ont accepté la sixième réforme de l’Etat !
Périphérie Les électeurs de Linkebeek subissent les conséquences de la faiblesse des partis francophones qui ont accepté la sixième réforme de l’Etat !
Forges de Clabecq : DéFI demande à l’Etat d’agir d’abord dans l’intérêt des travailleurs !
Forges de Clabecq DéFI demande à l’Etat d’agir d’abord dans l’intérêt des travailleurs !
CETA : Il est urgent de saisir la Cour de Justice européenne !
CETA Il est urgent de saisir la Cour de Justice européenne !
L’Europe ne peut se détourner de son destin politique
EUROPE L’Europe ne peut se détourner de son destin politique