ACTUALITÉS

Liège
Ne pas répéter les mêmes erreurs comme par le passé !
Le mercredi 7 juin 2017

Ces derniers temps, plusieurs décisions récentes ou à venir des autorités communales en matière de défense du patrimoine liégeois ont suscité craintes et incompréhensions de citoyens. DéFI Liège s’inquiète également de la politique de la Ville de Liège en matière de sauvegarde du patrimoine. Plusieurs positions défendues par la ville dans ce domaine interpellent :

  • Les Maisons historiques de la rue Cathédrale : une décision regrettable !

Dans le cadre de la revitalisation du quartier Léopold-Cathédrale Nord, la ville a décidé de démolir un ensemble de 9 maisons, dont 3 datent des XVIIe et XVIIIe siècles et sont répertoriées dans l’inventaire du patrimoine majeur wallon. Cette décision de la majorité à la ville de Liège est une mauvaise nouvelle pour le centre historique liégeois et le patrimoine de la Ville

Pour DéFI Liège, la Ville de Liège doit avoir le courage de revenir sur sa décision pour conserver et réhabiliter ces trois immeubles remarquables.

 

  • Hotel Rigo : non à la démolition, oui à la déconstruction-reconstruction ! 

L’hotel Rigo est une bâtisse de style mosan traditionnel du début du XXe siècle, située dans le quartier des Guillemins. DéFI Liège estime que la perspective à cet endroit doit être dégagée afin de permettre une certaine cohérence au nouveau quartier qui se dessine (en évitant deux murs aveugles inesthétiques et en dégageant l’espace pour l’esplanade). Cependant, il nous semble néanmoins opportun de réfléchir à une solution pour éviter la destruction de cet immeuble, qui présente un véritable intérêt architectural et patrimonial.

DéFI Liège demande à l’échevin de l’urbanisme Michel Firket d’étudier sérieusement la piste de la déconstruction-reconstruction de cet hôtel particulier.

 

  • Porterie du Val-Benoît : dégager une solution pour la conserver !

Datée du XVIIe siècle, la Porterie monumentale de l’abbaye du Val-Benoît a été détruite une première fois sous les bombardements de la seconde guerre mondiale. Le choix a été posé de la reconstruire dans les dans les années 50. Inscrit également à l’inventaire du patrimoine architectural de Wallonie, cet édifice est voué à la démolition, d’après le plan de réaménagement de l’ancien site universitaire du Val-Benoît.T rès récemment, un compromis impliquerait de conserver certaines parties qui seraient intégrées dans les nouvelles constructions.

Pour DéFI Liège, la ville de Liège doit avoir la volonté de maintenir la Porterie telle quelle, en l’intégrant dans les réaménagements futurs du Val Benoit.

 

Sur ces différents dossiers, la Ville doit être davantage soucieuse du patrimoine architectural liégeois. Il s’agit, non pas de refuser les nouveaux aménagements et la modernisation de la Cité, mais de concilier développement nouveaux de la ville et sauvegarde du patrimoine majeur de la ville. Une ville ne peut se construire au détriment de son passé mais en intégrant celui-ci dans les développements futurs.

Encore récemment, une carte blanche d’un professeur de l’ULg abordait le sujet.

Thématiques populaires
Culture Discrimination Droits humains Droits linguistiques Economie Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Logement Mobilité Santé Social
AUTRES ACTUALITÉS
Oeufs contaminés : Une agence fédérale belge qui alerte l’étranger avant son ministre ? Pour DéFI, ça ne va pas !
Oeufs contaminés Une agence fédérale belge qui alerte l'étranger avant son ministre ? Pour DéFI, ça ne va pas !
Crise des œufs contaminés : DéFI pointe la responsabilité de Borsus et exige sa présence en commission !
Crise des œufs contaminés DéFI pointe la responsabilité de Borsus et exige sa présence en commission !
«Réforme» de la protection civile : le Gouvernement bruxellois réagit !
«Réforme» de la protection civile Le Gouvernement bruxellois réagit !
Le CETA s’invite à la Foire agricole de Libramont. La clause de sauvegarde agricole : un « leurre », selon les avocats de DéFI
Le CETA s'invite à la Foire agricole de Libramont La clause de sauvegarde agricole : un "leurre", selon les avocats de DéFI