ACTUALITÉS

Emploi
1819, quoi de mieux pour entreprendre à Bruxelles ?
Le mardi 2 mai 2017

Didier Gosuin, ministre bruxellois DéFI de l’Emploi se réjouit : le 1819 booste son offre de services aux entrepreneurs bruxellois. Porte-drapeau de l’entrepreneuriat bruxellois, ce 1819 revisité incarne le nouveau visage des services publics aux entreprises bruxelloises : une gouvernance partagée public-privé, une plus grande proximité avec tous les entrepreneurs, une action élargie et adaptée à un public diversifié. C’est la première réalisation visible de la réforme du paysage institutionnel bruxellois annoncée par le gouvernement bruxellois.

Objectif : tout entrepreneur, toute personne qui souhaite entreprendre à Bruxelles doit être accueilli, écouté et accompagné.

Un 1819 tout terrain

Quiconque entreprend se pose des centaines des questions : comment finaliser mon business plan ? Comment trouver du financement ? Quelles aides à l’emploi dans mon cas ? Où trouver un lieu ?  Quelles formations sont disponibles ? Comment être aidé en période de crise ?

Fort d’une équipe de 21 personnes, le 1819 apporte à tous, candidats entrepreneurs, starters ou entrepreneurs avertis, quelque soit leur âge, leur nationalité, leur genre ou leur niveau d’éducation, via un numéro d’appel, un site web, des sessions d’informations, des programmes de sensibilisation, et maintenant aussi, un info-point, les réponses à leurs questions. Il leur fournit de l’information en amont des services régionaux d’experts, publics et privés, en accompagnement, en financement et en localisation. Le 1819 est le lien entre les 3 pôles de services publics aux entreprises (accompagnement, financement et localisation).

Le 1819 est le porte-drapeau de l’entrepreneuriat bruxellois. Ses trois missions sont la sensibilisation aux opportunités offertes par l’entrepreneuriat, l’information & orientation des entrepreneurs et l’animation afin de fédérer tous les acteurs et de stimuler les collaborations.

Une croissance ininterrompue

En 2016, près de 6.000 demandes ont été traitées par les services du 1819. Le profil des demandeurs est varié : 44% sont des femmes, 40% de starters, 40% d’entrepreneurs confirmés et 20% sont des intermédiaires (communes, fédérations,…). 80% des utilisateurs sont renvoyés dans le réseau de soutien à l’entrepreneuriat à Bruxelles. Il s’agit aussi bien d’acteurs publics que d’acteurs privés qui leur apportent des solutions concrètes.

Depuis plusieurs années, le 1819 connait une forte croissance. Celle-ci s’est accélèrée en 2017. D’une moyenne de 487 demandes/mois en 2016, le 1819 est passé à 605 demandes/mois au premier trimestre 2017, soit une hausse de 24%.

Entreprendre à Bruxelles, plus simple quand on est bien guidé

Chaque année, une enquête de satisfaction est faite auprès d’un échantillon représentatif de clients du 1819. L’enquête effectuée en 2016 indique que 89% des clients trouvent le service utile, 92% prétendent que le service répond à leur besoin et 95% sont prêts à recommander le service auprès d’autres personnes. « En réponse à la demande répétée des entrepreneurs et dans l’objectif de booster l’entrepreneuriat bruxellois, nous allons plus loin: le 1819 devient un véritable guichet unique d’information et d’orientation en accueillant, chaussée de Charleroi, celles et ceux qui veulent un contact. » explique Annelore Isaac, directrice du 1819.

 

 

Thématiques populaires
Culture Discrimination Droits humains Droits linguistiques Economie Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Logement Mobilité Santé Social
AUTRES ACTUALITÉS
Oeufs contaminés : Une agence fédérale belge qui prévient l’extérieur avant son ministre ? Pour DéFI, ça ne va pas !
Oeufs contaminés Une agence fédérale belge qui prévient l'extérieur avant son ministre ? Pour DéFI, ça ne va pas !
Crise des œufs contaminés : DéFI pointe la responsabilité de Borsus et exige sa présence en commission !
Crise des œufs contaminés DéFI pointe la responsabilité de Borsus et exige sa présence en commission !
«Réforme» de la protection civile : le Gouvernement bruxellois réagit !
«Réforme» de la protection civile Le Gouvernement bruxellois réagit !
Le CETA s’invite à la Foire agricole de Libramont. La clause de sauvegarde agricole : un « leurre », selon les avocats de DéFI
Le CETA s'invite à la Foire agricole de Libramont La clause de sauvegarde agricole : un "leurre", selon les avocats de DéFI