ACTUALITÉS

Droits humains
La Belgique à nouveau absente sur la reconnaissance des minorités nationales !
Le lundi 27 juin 2016

La Belgique présentait ce jeudi 23 juin son rapport final dans le cadre du deuxième EPU (Examen Périodique Universel) auprès du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies.

En dépit des recommandations de la Suisse et de la Hongrie à l’égard de la Belgique afin qu’elle ratifie la Convention-cadre pour la protection des minorités nationales, la Belgique a réaffirmé de ne pouvoir s’engager à ce stade en faveur de cette ratification, attendue pourtant depuis plus de quinze ans par la société civile.

Pour Sophie Rohonyi, présidente de DéFI Périphérie, cette situation figée est inacceptable : « la Belgique se retranche derrière la double réserve qui accompagnait sa signature de la Convention en 2001. Or, le Conseil de l’Europe a confirmé l’année suivante qu’un Etat ne pouvait de manière totalement unilatérale faire prévaloir sa législation interne pour refuser l’application d’un traité international . Confier la définition des minorités nationales à une Conférence interministérielle de politique étrangère n’est en outre qu’une excuse du gouvernement fédéral pour bloquer ce dossier, d’autant plus que le Conseil de l’Europe a déjà déterminé les minorités nationales en Belgique, dont les Francophones de la périphérie bruxelloise et de Flandre. »

Sophie Rohonyi estime malgré tout que le combat n’est pas perdu : « Le Comité des droits de l’homme de l’ONU estime que l’existence des minorités dans un Etat doit être fondée sur des critères objectifs. La présence d’élus francophones (conseillers, échevins, bourgmestres et députés) en périphérie fait partie de ces critères. Ces considérations confortent donc la légitimité de notre combat pour les droits des Francophones de Flandre. Nous continuerons donc de le mener tant en Belgique qu’auprès des instances démocratiques internationales. »

En guise de conclusion, Sophie Rohonyi partage le constat de la Coalition des Associations Francophones de Flandre (CAFF) pour qui la Belgique ne cesse de se discréditer sur la scène internationale, par peur de fâcher les nationalistes flamands: « Le ministre des Affaires étrangères a toujours refusé d’être proactif dans ce dossier et s’est retrouvé l’otage de la N-VA, occultant totalement les intérêts francophones.» 

DéFI, par l’intermédiaire de sa députée fédérale, Véronique Caprasse, interpellera à nouveau le ministre Reynders  lors de la prochaine réunion de la commission Affaires étrangères de la Chambre.

Thématiques populaires
Culture Discrimination Droits humains Droits linguistiques Economie Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Institutionnel Logement Mobilité Santé
AUTRES ACTUALITÉS
Commerce extérieur : Un nouvel incubateur bruxellois pour les investisseurs étrangers
Commerce extérieur Un nouvel incubateur bruxellois pour les investisseurs étrangers
Transports : STOP au hold-up sur le RER wallon !
Transports STOP au hold-up sur le RER wallon !
Droits des étrangers : DéFI refuse les sanctions possibles des avocats pro deo !
Droits des étrangers DéFI refuse les sanctions possibles des avocats pro deo !
Bruxelles : DéFI a contribué à la réorganisation de la SRIB
Bruxelles DéFI a contribué à la réorganisation de la SRIB