ACTUALITÉS

Crise des œufs contaminés
DéFI pointe la responsabilité de Borsus et exige sa présence en commission !
Le mardi 8 août 2017

Suite au scandale des œufs contaminés, DéFI confirme sa participation à la commission parlementaire qui se réunira ce mercredi. C’est Véronique Caprasse qui a été chargée d’y porter la voix du parti amarante. Pour Jonathan Martin, vice-président exécutif de DéFI et porte-parole du parti pour les questions agricolesla machine communicationnelle de crise a failli

« Si l’Afsca a effectivement mis 7 semaines pour informer son ministre de tutelle de la situation, et nous ne manquerons pas de vérifier la chose, on peut s’interroger sur la loyauté de l’agence. Et dans le chef du ministre, on peut clairement parler d’un problème d’autorité« , entame Jonathan Martin.

Et même prévenu très tardivement, Willy Borsus, estime DéFI, se devait d’agir immédiatement plutôt que de refiler la patate chaude à son successeur : « Le ministre Borsus devait communiquer ! Il avait l’occasion de le faire entre le 25, date à laquelle il a reçu le rapport demandé à l’Afsca, et le 28 juillet, date de son départ du gouvernement fédéral. Mais il ne l’a pas fait, donnant la priorité à son emménagement à l’Elysette. C’est une faute grave ! C’est pourquoi, nous exigeons sa présence en commission parlementaire« , explique le vice-président de DéFI

Et Jonathan Martin d’enfoncer le clou : « Comble de l’ironie, toujours ministre fédéral de l’Agriculture, il se rend à la Foire agricole de Libramont comme si de rien n’était. »

Jonathan Martin ne s’étonne d’ailleurs qu’à moitié du silence complice du cdH par rapport à cette responsabilité politique : « Il est intéressant de relever que le cdH n’attaque que le monde de l’entreprise et non les autorités politiques. Et pour cause, c’est Willy Borsus qui a manqué à son devoir de diligence. Difficile pour le cdH de s’en prendre au nouveau maître du gouvernement wallon. C’est Collin qui doit pester, lui qu’on n’a pas jugé utile d’alerter officiellement.« 

Pour conclure, DéFI pointe les conséquences désastreuses de ce cafouillage sur le plan des relations internationales : « La crédibilité de la Belgique auprès des pays voisins, singulièrement de l’Allemagne, est mise à mal. Nous attendons du ministre Ducarme qu’il nous explique comment il compte restaurer la confiance.« 

Thématiques populaires
Culture Discrimination Droits humains Droits linguistiques Economie Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Logement Mobilité Santé Social
AUTRES ACTUALITÉS
Oeufs contaminés : Une agence fédérale belge qui prévient l’extérieur avant son ministre ? Pour DéFI, ça ne va pas !
Oeufs contaminés Une agence fédérale belge qui prévient l'extérieur avant son ministre ? Pour DéFI, ça ne va pas !
«Réforme» de la protection civile : le Gouvernement bruxellois réagit !
«Réforme» de la protection civile Le Gouvernement bruxellois réagit !
Le CETA s’invite à la Foire agricole de Libramont. La clause de sauvegarde agricole : un « leurre », selon les avocats de DéFI
Le CETA s'invite à la Foire agricole de Libramont La clause de sauvegarde agricole : un "leurre", selon les avocats de DéFI
Budget fédéral : Le gouvernement creuse encore davantage le déficit structurel du pays
Budget fédéral Le gouvernement creuse encore davantage le déficit structurel du pays