ACTUALITÉS

Enseignement
Non à une régionalisation, oui à un renforcement mutuel !
Le mercredi 22 juin 2016

C’est avec consternation que DéFI a pris connaissance de l’énième plaidoyer régionaliste de monsieur Magnette, renforçant un repli identitaire qu’il est pourtant urgent de combattre !

Pour DéFI, les citoyens demandent plus de liens et un renforcement du « fonctionnement ensemble », pas un détricotage de plus, surtout pas entre francophones. “Ce n’est pas parce qu’une « Sainte-Emilie bis » est autorisée par la Constitution, que c’est souhaitable et facile. Pour DéFI, il faut  écouter les citoyens et remonter le puzzle institutionnel plutôt que d’éparpiller les pièces”, avance Caroline Persoons, cheffe de file DéFI au parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles

Pour DéFI, il est temps que les régionalistes libéraux et socialistes cessent de plaider pour des réformes de l’Etat successives sans pouvoir assumer les conséquences des précédentes, jouant le jeu du confédéralisme.

Alors que Bologne impliquait de faciliter l’harmonisation et l’accessibilité des cursus, les régionalistes ont préféré diviser le monde académique en cinq pôles selon une logique territoriale au détriment de rapprochements académiques par matière. “La structure en pôles géographiques est un premier pas dans le renoncement des véritables synergies au sein de la Fédération Wallonie-Bruxelles”, déplore Caroline Persoons.

Alors que la FWB et la COCOF souffrent d’un déficit budgétaire,  la régionalisation démultiplierait les coûts administratifs et de fonctionnement sans garantie d’une plus grande efficacité. L’action du ministre Gosuin démontre, jour après jour, que des politiques proactives rapprochant les mondes de l’Enseignement et des entreprises sont menées efficacement sans régionalisation !

Alors que les écoles primaires francophones des communes à facilités permettent à pas moins de 3.000 enfants de poursuivre leur cursus secondaire et universitaire à Bruxelles ou en Wallonie, “la régionalisation compliquerait la vie de ces francophones pour qui le lien entre Bruxelles et la Wallonie est non seulement une nécessité mais une réalité”, indique Véronique Caprasse, députée-échevine DéFI à Crainhem. Par ailleurs, ces écoles suivent le programme pédagogique de la FWB et la députée rappelle le combat mené en 2009 pour maintenir l’inspection pédagogique francophone, “reconnue comme seule valable par la Cour constitutionnelle”, précise-t-elle.

La régionalisation de la Culture, avec une « culture wallonne » et une « culture bruxelloise », risque, en outre, de compliquer à outrance les politiques culturelles en dédoublant les administrations, en scindant les opérateurs et en fractionnant encore davantage les enveloppes budgétaires, sans apporter de solutions nouvelles aux problèmes rencontrés par les acteurs francophones aujourd’hui.

En conséquence, Caroline Persoons plaide pour une solidarité concrète, ainsi qu’une mutualisation des compétences et des moyens pour atteindre – ensemble et par notre complémentarité – nos objectifs communs.

Dialoguons au lieu de vouloir diviser“, concluent Caroline Persoons et Véronique Caprasse.

Thématiques populaires
Culture Discrimination Droits humains Droits linguistiques Economie Education Emploi Enseignement Enseignement supérieur Environnement Fédération Wallonie-Bruxelles Institutionnel Logement Mobilité Santé
AUTRES ACTUALITÉS
Wezembeek : En s’alliant avec la N-VA dans le dossier Leclaire, le cdH fait le jeu du nationalisme flamand !
Wezembeek En s’alliant avec la N-VA dans le dossier Leclaire, le cdH fait le jeu du nationalisme flamand !
Comex : 30 entreprises belges en quête de débouchés économiques au Togo et au Bénin
Comex 30 entreprises belges en quête de débouchés économiques au Togo et au Bénin
Présidentielles françaises : DéFI salue la qualification de Macron au second tour !
Présidentielles françaises DéFI félicite la qualification de Macron au second tour !
Stop au survol intensif de Bruxelles !
Survol aérien Stop au survol intensif de Bruxelles !